Retour Publications

Maxi évoque l’intérêt des « bienveilleurs »…

Maxi a publié un article dans lequel sont mis en avant les intérêts de la bienveillance en entreprise. Laurence, une bienveilleuse, évoque son parcours l’ayant amenée à cette fonction. Le Docteur Philippe Rodet, qui anime des formations « bienveilleurs », explique l’origine de cette notion, et ses effets bénéfiques.

Qu’est-ce qu’un bienveilleur ?

Pendant longtemps nous avons cru que la mise en place de numéros verts pour venir en aide aux personnes en difficulté suffisait. On constate en réalité que les personnes en souffrance morale ne vont pas demander d’aide, quitte à parfois se mettre en danger. Veiller sur les personnes qui nous entourent, tant dans la sphère privée qu’au travail est de ce fait important. C’est justement la fonction des bienveilleurs.

Des formations pour repérer les signaux faibles

De nombreux symptômes permettent de repérer une personne traversant une période difficile comme la baisse de la concentration, des troubles du sommeil, une tristesse qui dure, l’apparition de maux de dos, etc. Ces symptômes peuvent être liés à d’autres maux, en revanche, si plusieurs de ces signes apparaissent simultanément, il est important de réagir.

Le témoignage de Laurence

Laurence explique dans ce numéro que son parcours de vie, notamment grâce à grand-mère, l’a amené à cultiver sa bienveillance. Dans son enfance, elle lui dît : « Laurence, de quoi as-tu peur ? On ne risque rien à être bienveillant ! ». Effectivement, sa grand-mère avait raison, la bienveillance n’a que des bienfaits. Elle montre que cette façon d’agir facilite la santé et le bien-être au travail. Tout le monde y gagne !

L’avis de l’expert

Dans la rubrique « L’avis de l’expert », le Docteur Philippe Rodet précise que cette notion de bienveilleurs provient du Canada où ils sont nommés « personnalités sentinelles ». Grâce à ce réseau, les tensions diminuent dans l’entreprise, dans les universités, dans les Cegeps… et la santé de chacun en bénéficie. La bienveillance est d’ailleurs au coeur de son plus récent livre : « Aurélien, c’est papa, je t’aime ! » « Et si la bienveillance sauvait des vies ». Découvrez grâce à ce roman tous les bienfaits de cultiver notre bienveillance !

Découvrez l’intégralité de cet article de Maxi en cliquant ici (N°1665, Pages 30-31 – Numéro payant).

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.