fbpx
Retour Publications

Les Echos s’intéressent au livre La bienveillance au travail

À l’occasion de la sortie de La bienveillance au travail, le huitième ouvrage du docteur Philippe Rodet, publié aux Éditions Eyrolles, sorti le 14 mars 2019, Les Échos ont publié un article sur 5 des dix grandes idées abordées dans cet ouvrage.

Des liens étroits entre stress et performance

Antoine Favier, le journaliste des Échos, revient sur ce livre pratique qui donne les clés pour mieux gérer son stress et améliorer ses performances. C’est la première idée qu’il développe dans cet article : le stress impacte la performance de l’entreprise. Or, le stress est très présent dans nos entreprises car pour 60% des Français, leur travail est une source de pression et de stress permanente.

Les bienfaits de la considération

La considération est également abordée. Grâce à l’attention portée à ses collaborateurs, leur confiance en eux s’améliore, la cohésion est renforcée et l’équipe toute entière est plus performante.

Transformer ses erreurs en forces

La troisième clé abordée est de transformer ses erreurs en opportunités. L’analyse de nos erreurs pour apprendre de la situation afin de ne pas la reproduire est un premier aspect. Par ailleurs, de nombreuses inventions virent le jour suite à des erreurs transformées en opportunité, comme la désormais célèbre Bêtise de Cambrai, ou encore le caoutchouc. Lorsque nous rencontrons des difficultés, il est intéressant de changer notre regard pour essayer d’y voir de possibles idées et ainsi transformer nos soucis en défis !

Cultiver la liberté d’action

Le journaliste des Échos cite ensuite l’intérêt de cultiver la liberté d’action. En effet, l’autonomie laissée à ses collaborateurs leur montre qu’on a confiance en eux, ce qui leur permet d’augmenter leurs émotions positives qui sont une sources d’envie et de motivation.

L’exigence et la bienveillance

Enfin, Antoine Favier rappelle que la bienveillance rime avec l’exigence : nous ne pouvons être bienveillants si nous sommes laxistes. L’exigence, tant envers soi-même qu’envers ses collaborateurs est essentielle, permet à chacun de progresser pour atteindre l’excellence.

Retrouvez cet article directement sur les Échos en cliquant ici.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.