fbpx
Retour Publications

Au secours, l’empathie s’effondre… Nouvelle tribune du docteur Philippe Rodet

Le docteur Philippe Rodet signe une nouvelle tribune pour le site d’informations en ressources humaines Focus RH intitulée « Au secours, l’empathie s’effondre… ».

Des études scientifiques à l’origine de cette tribune

L’ancien médecin urgentiste cite différentes études, notamment une menée par Jeffrey Mogil à l’Université McGill au Québec. Ce chercheur Canadien a démontré que plus on est stressé, moins on ressent de l’empathie envers son entourage. En neutralisant la principale hormone du stress, le cortisol, il a remarqué que les participants de son expérience ressentaient davantage d’empathie. 

L’auteur de cette tribune explique très bien ce lien entre stress et empathie, en situation de stress, c’est la chute d’ocytocine, l’hormone de l’empathie, qui explique ce manque de fraternité chez les participants.

Une autre étude est citée, menée en France par l’équipe de Camille Fauchon au Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, qui démontre les liens entre empathie et perception de la douleur : les participants voyaient leur douleur perçue diminuer d’environ 12% lorsqu’ils entendaient des phrases empathiques !

Une anecdote pour illustrer ces études

L’ancien médecin urgentiste revient sur un rapatriement réalisé il y a quelques années en République Tchèque. Un enfant lourdement blessé à la jambe doit être rapatrié en France. Lorsque la douleur devient trop vive suite à des problèmes sur la chaussée, le jeune patient lui demande : « Docteur, j’ai trop mal, c’est horrible, est-ce que je peux vous tenir la main ? ». Il accepte et remarque quelques minutes plus tard que l’enfant dort. Grâce à son empathie, il a réduit la perception de la douleur de ce jeune enfant. Ce jeune lui dira avant de le quitter : « Docteur, souvenez-vous d’une chose, le meilleur traitement de la douleur, c’est la main de l’autre ». Une magnifique histoire qui témoigne de la puissance de l’empathie.

Empathie et société

Enfin, le docteur Philippe Rodet montre que l’individualisme de notre société est relié à notre niveau de stress : si nous cultivons des comportements protecteurs du stress, il sera alors plus aisé de vivre ensemble. Notre emploi est au coeur de nos vies, ces démarches intra-entreprise peuvent donc s’intégrer dans la RSE (Responsabilité sociétale des entreprises)…

Retrouvez tous les détails de cette nouvelle tribune directement sur le site Focus RH.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.