fbpx
Retour Publications

Retour aux sources…

Le 18 décembre, j’aurai la joie d’intervenir à Châteauroux dans le cadre du « Top des entreprises de l’Indre », organisé par La Nouvelle République et la CCI de l’Indre, sur mes sujets de prédilection : l’influence bénéfique de la motivation induite par les comportements bienveillants sur le stress et la performance.

Très tôt, l’intérêt pour la médecine d’urgence dans mon parcours

Cette conférence est l’objet d’un article qui parait aujourd’hui dans La Nouvelle République et qui retrace mon parcours. Cette interview, réalisée par Albane Ratsivalaka, aborde les sources de mon orientation vers la médecine d’urgence puis l’origine de mon engagement vers mon activité actuelle.

« A l’âge de 11 ans, j’ai perdu un être cher dans un accident de la route. C’était en pleine campagne, à trente kilomètres de Châteauroux et il a fallu attendre que les secours arrivent, avec cette personne qui agonisait. C’est de ce jour-là que j’ai eu envie de faire de la médecine d’urgence. »

Ensuite, l’intérêt pour la motivation

Quant à l’origine de mon intérêt pour la motivation, elle s’ancre elle aussi, dans un événement douloureux : « Lors de mes études à Limoges, arrive un jour un enfant de 15 ans qui avait tenté de mettre fin à ses jours car il ne réussissait pas à l’école. Il est décédé. J’avais vingt ans et ce fut un véritable traumatisme ».

L’année suivante, je vais assister à une conférence d’un homme qui aborde l’influence de la motivation sur la réussite dans l’entreprise. L’une de ses phrases interpelle le jeune étudiant que je suis : « un homme qui est en route vers un projet qui le passionne est invulnérable à l’accident et à la maladie ».

Ce sera le début de mon intérêt pour la motivation. Intervenant ensuite auprès de sportifs de haut niveau, je me rends compte que plus leur motivation est forte, plus une hormone du stress, le cortisol, diminue.

Un engagement qui renforce des convictions

Devenu médecin urgentiste, j’irai faire un peu de médecine humanitaire au Burkina Faso, en Roumanie et à Sarajevo pendant la guerre. Et à Sarajevo, là où les tensions sont extrêmes, je me rends compte que la motivation diminue les effets du stress et renforce la cohésion. Je vais alors m’intéresser à la motivation comme clé du succès et source de santé.

Une rencontre m’interpelle, une autre me transforme…

La rencontre avec un dirigeant d’entreprise très bienveillant amorcera mon intérêt pour la motivation à l’échelle de l’entreprise, intérêt qui sera démultiplié par la rencontre en 1997 avec Jacqueline de Romilly. Cette rencontre est également très bien abordée dans un article paru ce jour dans le même journal, intitulé « Le médecin et l’Académicienne ».

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.