fbpx
Retour Publications

Effet protecteur du sommeil contre le stress post traumatique

Des chercheurs de l’Université de Zurich en Suisse ont démontré les bénéfices du sommeil juste après un événement stressant ou traumatisant. D’après leurs résultats, dormir durant les premières 24 heures suivant un stress important aurait un impact positif sur la détresse émotionnelle et les souvenirs associés, aidant ainsi à mieux supporter le stress post traumatique.

Stress post traumatique et sommeil

Pour parvenir à ces conclusions, des spécialistes de l’Hôpital Universitaire Psychiatrique de Zurich ont projeté une vidéo traumatisante à 65 femmes, puis les ont séparées en deux groupes. Les participantes du premier groupe ont dormi dans le laboratoire juste après le visionnage du film, équipées d’électroencéphalographe pour enregistrer leur sommeil. Le second groupe est resté éveillé. Les chercheurs ont ensuite cherché à savoir si le fait de dormir immédiatement après une expérience traumatisante avait un impact positif sur la détresse émotionnelle des volontaires.

Selon leurs résultats, publiés dans la revue médicale Sleep, le sommeil immédiat contribuerait à diminuer les émotions négatives liées à la mémorisation du traumatisme, comme celle de la peur, et contribuerait à réorganiser les souvenirs pour les rendre moins pénibles à supporter.

Dans son article sur le sujet, le site du magazine « Top Santé » reprend les propos de Birgit Kleim, auteur principal de l’étude et chercheuse au Département de psychopathologie expérimentale et psychothérapie : « Nos résultats révèlent que les personnes qui dormaient juste après le film avaient moins de soucis émotionnels récurrents que ceux qui étaient éveillés. Cela supporte l’hypothèse que le sommeil peut avoir un effet protecteur à la suite d’expériences traumatisantes. Notre approche offre une alternative non invasive importante aux tentatives actuelles pour effacer les souvenirs traumatiques », conclut-elle.

Retrouvez nos articles sur le stress post traumatique : « Des chiens pour aider les victimes d’un traumatisme » ; « Les zones du cerveau atteintes en cas de stress post-traumatique » ; « Addictions et stress post-traumatique » ; « Philippe Rodet aborde le stress post-traumatique sur Focus RH »

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.