Retour Publications

Pratiquez-vous le co-walking ? BFM TV interviewe le Dr Philippe Rodet

Ce matin, le Docteur Philippe Rodet était invité dans Première Édition sur BFM TV. C’est la 1ère matinale de France chez les téléspectateurs de moins de 50 ans ! Adeline François et Christophe Delay s’intéressaient aux réunions faites en marchant, le co-walking. Est-ce vraiment utile ? Si oui, quels en sont les atouts ? Le Dr Philippe Rodet a répondu aux différentes questions des deux journalistes.

Le co-walking : la réunion en marchant. Une bonne initiative ?

C.D. Philippe Rodet, auteur du management bienveillant, chez Eyrolles, qu’est-ce que vous pensez de ce genre de pratique ?

P.R. Je trouve qu’elle est très positive dans la mesure où finalement elle tend dans la direction de relations plus apaisées au travail. Longtemps on a cru qu’il fallait des relations un petit peu brutales, un peu sauvages, et bien on se rend compte que non, au contraire, à l’heure actuelle si on apaise un petit peu les choses, si on échange sur des modes différents, ça se passera mieux.

C.D. Ce n’est pas un truc de Parisien ça ? Parce que moi quand j’ai vu le sujet ce matin, j’ai pensé vous savez, au patron de PME dont les salariés diraient « Attendez, bouge pas, je vais faire un tour », le patron de PME n’est pas d’accord pour ça parce qu’il y a autre chose à faire que d’aller marcher pour réfléchir, non ?

P.R. Écoutez, si le patron de PME prend conscience qu’en échangeant de la sorte avec ses collaborateurs ils sont plus créatifs, ils sont plus apaisés, je pense qu’il peut aussi s’y intéresser. On est dans une période où le niveau de stress à l’échelle de la société est important, le niveau d’engagement est bas. On sait que quand le niveau de stress augmente, le niveau de motivation s’effondre. Et ça, même pour le patron de PME ce n’est pas bon. Tout ce qui va permettre d’apaiser un petit peu, de diminuer le niveau de stress, permettra d’augmenter l’engagement, et ça c’est positif.

A.F. Et ça passe par la performance physique du salarié aussi ?

P.R Ça passe par sa performance physique et psychique. On sait que si on va bouger, si on va marcher, et bien on va oxygéner un petit peu plus son cerveau. Je me souviens d’une rencontre avec un professeur de psychologie canadien qui disait « Quand on est plus de deux heures à son bureau sans bouger, sur la même position, on oxygène un petit peu moins notre cerveau, on est moins efficace ». Et bien là ça va être l’occasion effectivement de marcher, de se détendre un petit peu, et d’échanger sur un mode qui sera différent. Et comme on est plus apaisé, on sera un petit peu plus créatif.

C.D. Est-ce qu’il y a d’autres initiatives, peut-être pas comparables à celle-là d’ailleurs, mais dans l’entreprise, qui permet aux salariés justement de s’épanouir davantage ? C’est vrai qu’il y a quelques temps on voyait les babyfoots par exemple, des salles de gym dans les entreprises. C’est une tendance qui progresse ?

P.R. C’est une tendance qui progresse au fur et à mesure où la prise de conscience que pour aller chercher des résultats et de la santé il faut que l’on soit vigilant, il faut que l’on considère nos collaborateurs. Et bien effectivement, ça progresse. Si en revanche on met des babyfoots, si on met d’autres moyens, des salles de repos, de détente, mais que le management est catastrophique, on n’aura pas de résultats. Donc en parallèle de ces actions, il est important d’être très vigilant en matière de management.

A.F. Et ça c’est drôle parce qu’à 7 heure et demi on parlera de l’absentéisme au travail. Est-ce que le management par la bienveillance fait reculer l’absentéisme, les arrêts maladie ?

P.R. Il fait reculer l’absentéisme à partir du moment où il va diminuer le niveau de stress, c’est une de ses caractéristiques, on aura une santé qui sera meilleure. 

C.D. Et bien c’est génial ! On vous offre un café ou un thé, Philippe ? Croissant ou pain au chocolat ?

P.R. C’est parce que vous êtes bienveillants qu’on aime venir vous voir, qu’on aime vous écouter, parce que c’est très très bon pour notre santé.

C.D. Vous êtes très gentil, on ne vous a pas payé pour ça ! Merci d’être venu nous voir ce matin, il est 7 heure et quart.

Alors ? Prêt à vous mettre au co-walking ?

Retrouvez cette interview en vidéo en cliquant ici, ou regardez-la directement sur le lecteur ci-dessous :

 

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.