fbpx
Retour Publications

Le stress des étudiants augmente d’année en année

La SMEREP (Société Mutualiste des Etudiants de la Région Parisienne) publie fréquemment des études sur la santé des étudiants, ce qui permet de voir les différentes tendances chez les étudiants. D’année en année, le stress apparaît toucher une part de plus en plus importante de cette population fragile. Découvrez les chiffres clés de l’étude publiée le 14 janvier sur LeQuotidienDuMédecin.fr.

Le stress touche une part de plus en plus importante d’étudiants

En 2008, dans l’une des études de la SMEREP, il ressortait que 79% des étudiants questionnés relataient que le stress se manifestait chez eux tout au long de l’année (voir l’article). Il était donc déjà très présent. En 2013, une enquête de la SMEREP nous informait que 66% des étudiants ressentaient un stress régulier sur une période d’au moins 15 jours. Aussi, ils mentionnaient alors que 43,6% des étudiants sondés étaient affectés par au moins un des trois signes évocateurs de la dépression : un sentiment de tristesse, une perte de confiance en soi ou encore des idées noires (voir l’article). Dans cette nouvelle étude publiée le 14 janvier 2019, neuf étudiants sur dix indiquent être stressé « au moins une fois dans l’année », soit 11 points de plus qu’il y a 11 ans. Un quart prétend être stressé tout au long de l’année, et de façon plus inquiétante, 22% (27% chez les étudiantes) déclarent avoir déjà eu des pensées suicidaires.

Comment s’explique cette hausse du stress étudiant ?

L’usage des téléphones portables et plus largement des outils numériques semble en partie responsable de cette hausse du stress perçu chez les étudiants. Très exactement, 39% déclarent que leur téléphone portable les met « en situation d’alerte constante ».

Des chiffres positifs apparaissent dans cette étude

Cette enquête montre que plus des trois quarts des étudiants affirment être satisfaits de leur vie d’étudiant, ce qui est très positif. Aussi, pour réduire leur niveau de stress, 64% pratiquent une activité physique chaque semaine, dont 38% uniquement dans le but de réduire leurs tensions, et 21% développent leurs liens sociaux puisqu’ils déclarent sortir voir leurs amis dans le but de lutter contre le stress.

Quels autres remèdes utilisent les étudiants pour réduire leur stress ?

En revanche, 13% des étudiants s’orientent vers la consommation de tabac, et 9% vers l’alcool pour réduire leur niveau de stress. Six pourcent déclarent prendre des médicaments sans ordonnance, 3% se tournent vers le cannabis et autant vers des anxiolytiques.

Comment réussir à accompagner nos jeunes durant leurs études ?

Il est essentiel d’aider les étudiants dans cette période de vie charnière pour leur construction, tant professionnelle que personnelle. Ainsi, nous pouvons conseiller ces différentes solutions :

Intégrer des moments de récupération car étudier sans arrêt entraîne une perte de concentration,

• Se fixer des objectifs à court, moyen et long terme pour réduire la pression d’enjeu

• Bien dormir, et donc anticiper ses révisions pour ne pas avoir à se coucher trop tard la veille d’un examen

• Oser parler de ses tensions à ses proches pour être rassuré et diminuer la tension

• Apprendre à faire la part des choses par cet exercice : noter sur un petit carnet, le soir, avant de s’endormir, tous les points négatifs de sa journée puis, tous les points positifs. Ensuite, entourer les trois points les plus positifs de sa journée et se concentrer exclusivement sur ces trois points avant de s’endormir. C’est un très bon moyen pour se mettre en état d’hypnose de pleine conscience, ce qui facilitera notre endormissement, tout en améliorant la qualité de notre sommeil.

• Mettre en place un carnet des petits succès, c’est à dire prendre le soin de noter sur un carnet tous les succès que l’on rencontre au fil des semaines. Certains jours en seront dépourvu, en revanche, à chaque fois qu’on le sortira pour en noter un nouveau, on ne pourra s’empêcher de relire les 7-8 précédents, ce qui augmentera notre sentiment d’efficacité personnelle.

Bien accompagnés, nos étudiants auront tous les outils à leur disposition pour réussir et s’épanouir.

Retrouvez l’article du QuotidienDuMédecin.fr en cliquant ici.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.