Retour Publications

« Stress et cancer : existe-t-il des liens ? »

Ne sommes-nous pas nombreux, lorsqu’un proche développe un cancer, à rechercher dans son passé plus ou moins récent un traumatisme psychique susceptible d’avoir favorisé la maladie ?

« Stress et cancer, existe-t-il des liens ? »

Dans sa nouvelle tribune sur le site des ressources humaines « Focus RH », le 27 Mars 2017, Philippe Rodet aborde le lien entre stress et cancer grâce à différentes études.

D’après certaines recherches, aucun lien n’est avéré.

Des études ont été effectuées entre 2013 et 2016 sur un nombre de personnes significatif, « mais l’analyse des résultats ne montre aucun lien entre la fréquence des situations stressantes ou la survenue d’événements tragiques et le risque de cancer ».

Une autre étude émet des doutes sur la question…

Une étude menée en 2015 par des chercheurs de l’université de Lund en Suède publie sur le risque du cancer du sein : « Il apparaît que plus le taux d’enképhalines est bas, plus le niveau de stress est élevé, et plus le risque de cancer du sein est élevé ».

Enfin, une étude de 2017 émet plus que des doutes…

Une autre étude récente de l’INRS et de l’Université de Montréal laisserait penser qu’il existerait un lien entre stress et cancer. Les résultats de l’étude, publiés dans la revue Preventive Medecine, révèlent que le risque de cancer du poumon, du côlon, du rectum, de l’estomac et du lymphome non hodgkinien serait majoré par une exposition prolongée au stress ressenti au travail.

On se rend compte qu’il n’y aurait pas de lien chez les hommes exposés pendant 15 ans à des situations stressantes, alors qu’il y en aurait chez les hommes exposés pendant une durée de 15 à 30 ans. Il serait donc essentiel de ne pas exercer un emploi très stressant de manière trop prolongée, mais d’alterner avec des activités moins génératrices de tension.

Il convient donc d’agir…

Pour finir, Philippe Rodet aborde l’intérêt de se protéger soi, d’adopter des comportements bienveillants vis à vis d’autrui et de réfléchir à la notion du temps, à vouloir trop en gagner, on finit par altérer la qualité de la pensée…

Des conseils que vous pourrez retrouver dans l’ouvrage le plus récent du Docteur Philipe Rodet et co-écrit par Yves Desjacques Le management bienveillant.

Lire l’intégralité de la tribune sur « Focus RH ».

 

 

 

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.