Retour Publications

Doctissimo : du présentéisme au management bienveillant

Le site « Doctissimo » vient de publier un bel article sur le présentéisme, rédigé par Dorothée Blancheton, dans lequel elle cite à de nombreuses reprises Philippe Rodet. L’influence de la qualité du management est également abordée d’où le lien vers le récent ouvrage de Yves Desjacques et Philippe Rodet : Le management bienveillant.

Qu’est-ce que le présentéisme et quelles en sont les conséquences ?

Eric Gosselin, professeur à l’Université du Québec et spécialiste du sujet, définit le présentéisme comme « le fait d’être présent au travail alors qu’on ne devrait pas y être pour des raisons de santé physiques et/ou psychologiques ». Le présentéisme devancerait ainsi l’absentéisme, et aurait des conséquences néfastes, tant pour le salarié que pour l’entreprise.

Un collaborateur malade venant travailler de peur d’être mal vu par sa hiérarchie, un autre qui n’ose pas se mettre en arrêt à cause de la charge de travail, et malgré un état psychologique qui l’empêche de se concentrer et d’être totalement opérationnel, sont de parfaits exemples du présentéisme. D’après un récent rapport réalisé pour le ministère du travail, 41,3% des actifs interrogés affirment s’être rendus sur leur lieu de travail alors qu’ils étaient souffrants. Les résultats précisent par ailleurs qu’en France, le présentéisme est amplifié par « le fait de manquer de temps, ou de devoir se dépêcher pour réaliser le travail », « l’insécurité de l’emploi » ou la sensation de « faire quelque chose d’utile ».

Pour Philippe Rodet, médecin et fondateur du cabinet Bien-être et Entreprise, le présentéisme serait néfaste à plusieurs points de vue, en plus d’être difficile à détecter. « Si un employé a une maladie infectieuse et vient travailler, il contamine les autres. S’il est mal psychologiquement, il transmet sa baisse de moral. Il y a un effet contagieux. De plus, à travailler en étant souffrant, on aggrave sa santé. Les personnes malades sont moins concentrées et moins productives. Les erreurs sont plus fréquentes. L’équipe pense, à tort, que le travail est fait. Au final, il faut repasser derrière. C’est une perte de temps et d’argent ». Ce que confirme une étude américaine, le présentéisme réduirait d’au moins 33% la productivité d’un employé.

Le médecin ajoute que « le problème est que certaines entreprises, pour lutter contre l’absentéisme, ont récompensé l’assiduité de leurs collaborateurs par des primes. Elles les encouragent ainsi à venir au travail même si elles feraient mieux de rester chez elles. Or, une absence courte pour raison médicale coûte moins cher à l’entreprise : on remplace la personne momentanément, on ne compte pas sur elle inutilement et on maintient l’efficacité du service ». En outre, le présentéisme favoriserait un absentéisme à plus long terme que si le collaborateur avait pris le temps de se reposer lorsque cela était nécessaire, et coûterait à l’entreprise six fois plus que l’absentéisme, d’après une étude belge.

Lien entre stress et présentéisme

Selon plusieurs sources, le présentéisme affecterait plus particulièrement la tranche d’âge des 40-55 ans. Le Dr Rodet explique en effet « qu’à 40 ans, on est plus susceptible d’avoir des soucis de santé. C’est aussi un âge où l’on a davantage de responsabilités. Il est moins facile de s’absenter. Et puis, cela fait plus longtemps que ces personnes travaillent, qu’elles supportent un stress chronique. On subit le stress sans se protéger. L’accumulation est plus pesante au bout de vingt ans de carrière. La résistance à ce stress dépend du degré de plaisir que l’on a à exercer sa profession. Il n’est pas rare de voir une secrétaire remplir énormément de tâches pour son supérieur, faire des heures supplémentaires… S’il la complimente, la récompense, le stress passe très bien. Il suffit qu’elle ait un nouveau N+1 pour que cela change. Si elle doit toujours faire autant d’efforts mais sans avoir de retours positifs et encourageants, elle résistera moins bien au stress, sera plus fragile et perdra en efficacité ».

Comment lutter contre le présentéisme en entreprise ?

Le Dr Rodet, également coauteur du livre « Le management bienveillant », insiste sur l’importance d’un management de qualité. « Il faut faire attention à ses collaborateurs. On peut demander beaucoup à une personne si on est capable de la féliciter, de la remercier. Cette attitude est bénéfique pour l’employé et pour l’entreprise. Si cette dernière défend la qualité des relations humaines, elle devient alors plus attractive pour recruter et maintenir l’efficacité de ses salariés ».

En parallèle, il est intéressant pour les salariés d’apprendre à se protéger des effets du stress. Pour ce faire, le dirigeant du cabinet Bien-être et Entreprise préconise des méthodes simples, efficaces et éprouvées : « Le soir, dans un carnet à spirales, je note sur la page de gauche des choses désagréables qui se sont passées dans ma journée. Sur la page de droite, je note les positives. Avant de me coucher, je repense aux trois choses les plus satisfaisantes. Depuis que je fais cela, mon niveau de stress a chuté. Mon rhume des foins a considérablement diminué, mon rythme cardiaque est plus bas. Des banquiers, à qui j’ai transmis cette astuce, en ont fait une appli gratuite : Smylife. Si en plus, le soir, on note ses petits succès, on augmente son sentiment d’efficacité personnel. Cela accentue notre persévérance, notre optimisme et diminue le stress qui affaiblit nos défenses naturelles ».

En diminuant le niveau de stress, la motivation augmente et la santé des individus s’améliore, prévenant ainsi le phénomène de présentéisme.

Retrouvez nos articles sur le sujet : « Le présentéisme : favorisé par un niveau de stress important, coûte plus cher que l’absentéisme »  ; « Le présentéisme : difficile à repérer et coûteux » ; « Le présentéisme : un mal insidieux dans l’entreprise »  ; « L’ANACT y consacre un dossier spécial » ; « Les dangers du présentéisme vu par le Dr Philippe Rodet dans Psychologies Magazine » ; « Des mesures contre le présentéisme au Japon »

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.